Facebook a censuré mes photos de bondage


juin 13, 2018 Facebook Twitter LinkedIn Google+ Actu Sexe


annuaire porno

Dehene, photographe professionnel de 40 ans, a une passion peu commune : le shibari. Sur la pellicule, il immortalise cet art japonais qui consiste à ficeler une personne avec des cordes. Des clichés artistiques qu’il a décidé de partager sur Facebook. Bien qu’il respecte la charte du réseau social, le géant américain a décidé de censurer sa page. Une décision injuste, selon Dehene.

Facebook a censuré sans raison mes photos de bondage et m’a arnaqué de 600 euros

Je suis photographe professionnel depuis neuf ans. Il y a deux ans, j’ai découvert le bondage, et plus particulièrement le shibari. Cet art japonais qui consiste à ficeler une personne avec des cordes m’a séduit par son esthétisme et la sensualité qui s’en dégageait.

Facebook a censuré sans raison mes photos de bondage

J’ai donc commencé à me renseigner et à lire des ouvrages sur cette pratique que je ne connaissais pas. De prime abord, on pourrait croire que cet art est désordonné, mais il n’en est rien. En réalité, il s’agit d’un travail minutieux qui demande beaucoup de savoir-faire.

Au fil du temps, je suis devenu encordeur afin d’allier ce nouvel intérêt avec ma passion de toujours, la photographie. J’attache donc moi-même des modèles puis, je les mets en scène avant de les immortaliser sur la pellicule. La grande majorité du temps, les personnes que je photographie sont des madames tout-le-monde.

Source : Leplusnouvelobs

A lire en Urgence

Commentaires

et, libero velit, Praesent ipsum risus libero Donec